Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Equipes de recherche - Biologie du Développement de Villefranche sur mer
Unité Mixte de Recherche CNRS 7009

Tutelles

UPMC

UPMC

CNRS
| read this article in English

Evolution de génomes et de protéines animales

Responsable de l'équipe

Richard Copley

 

Activités de recherche

 

Notre équipe cherche à mieux comprendre l’ évolution des génomes en relation avec l’ évolution des organismes. Elle développe des méthodes bio-informatiques qui analysent l’ co-évolution des séquences régulatrices des gènes et la structure des protéines qui se lient à ces séquences. Ces éléments génomiques jouent un rôle essentiel dans la régulation pendant le développement animal.

En utilisant des techniques bio-informatiques pour étudier les génomes et les structures de protéines, nous espérons mieux comprendre le processus historique de l'évolution animale, des origines de la diversité cellulaire et l'évolution des voies de signalisation dans le développement embryonnaire.

Notre équipe est impliquée dans plusieurs projets de séquençage de génomes d'animaux qui ont des positions clés dans l'évolution. 

Nous travaillons aussi sur les vers Xenacoelomorphes – comme Xenoturbella bocki et Paratomella rubra en collaboration avec Max Telford (UCL) , Albert Poustka (MPI - MG Berlin) et d'autres équipes. Ces animaux appartiennent probablement aux deutérostomes, un groupe qui inclut les vertébrés, les échinodermes et les hémichordés (voir Philippe et al . 2011), mais avec des morphologies considérablement simplifiées. La disparité morphologique des deutérostomiens soulève de nombreuses questions concernant la nature de l'innovation en génomique et la relation physique du génotype au phénotype.

En collaboration avec le groupe Houliston/Momose, nous travaillons également sur ​​le génome de la méduse Clytia hemisphaerica sur l'évolution des mécanismes de structuration du développement après la fécondation.


Le développement des animaux est contrôlé par un ensemble commun de gènes « outils » : des facteurs de transcription et des molécules de signalisation dont les composants de base sont largement conservés dans l'ensemble de la vie animale. Nous sommes convaincus que les grands changements génomiques dans l'évolution animale ont été de nature régulatrices, affectant des séquences non-codantes plutôt que des protéines. Nous examinons dans quelle mesure cette hypothèse est valable en développant des méthodes pour identifier des régulations spécifiques de la biologie des espèces dans des séquences codantes des protéines.

 

Régulation de gènes par la liaison de protéines spécifiques aux motifs de séquence d’ADN génomique.
Des mutations qui altèrent ces motifs au cours de l’évolution peuvent  expliquer les différences entre espèces.

Dans cette rubrique